Domaine Sylvain Pataille

A la porte de Dijon, un rosé monte la garde :

Le Marsannay Fleur de Pinot de Sylvain Pataille

Sylvain Pataille est un homme heureux, il a réussi à réaliser son rêve : être vigneron à Marsannay-la-Côte. Pour y arriver, il est devenu œnologue et il a travaillé dans un grand laboratoire bourguignon avant de s’installer… vigneron à Marsannay. Il lui arrive encore d’être le conseil de quelques jeunes vignerons dont on parle de plus en plus dans les magazines spécialisés.

Après avoir eu une toute petite cave à Marsannay, chez ses parents avec quelques pièces tout au plus, il a installé sa cuverie plus confortablement à Chenôve, tout près de Dijon et à côté du pressoir des ducs de Bourgogne, l’un des plus vieux de la région.

A la différence de certains jeunes qu’il conseille, il n’y a pas d’appellation prestigieuse dans la cave de Sylvain Pataille ; il fait même du Bourgogne passe-tout-grain avec un gamay qu’il travaille à sa manière et qui donne de jolies notes poivrées. Il a aussi une vigne sur la commune de Dijon, dont on disait la pente si raide que le lieu-dit s’appelle « Montre Cul ». On trouve encore cette plaisante étiquette imaginée par Charles Quillardet qui montrait joliment le sens de ce nom. Cette cuvée d’environ 600 bouteilles est destinée au marché export mais j’espère bien qu’un jour, elle régalera les dijonnais quand ils se seront aperçus qu’ils peuvent être fiers de leurs vignes.

Le haut de gamme du domaine Pataille se situe sur l’appellation Marsannay-la-Côte avec une belle déclinaison des différents terroirs de ce village où se trouve le Clos du Roi, comme il se doit, et aussi une cuvée qui lui tient lieu de grand cru et qui se nomme l’Ancestrale parce qu’elle est issue de très vieilles vignes qui donnent un vin d’une concentration et d’une longueur extraordinaires. En 2008, Sylvain Pataille a renoué avec la tradition des ducs de Bourgogne avec la location d’une partie de la vigne du Chapitre de Chenôve. Pour lui, c’est l’un des plus beaux terroirs avec une terre fine, des petits cailloux et une pente encore plus raide que celle que je viens de citer. Pour l’instant, l’appellation est peu valorisée et il faut reconnaître que Chenôve, qui reste l’un des plus beaux villages de Bourgogne, est aussi une ville dans la proche banlieue de Dijon où les jours sont plus paisibles que les nuits et où la vigne rivalise avec les potagers (en AOC Bourgogne, même si c’est difficile à croire!).

Ce sont peut-être ses études bordelaises qui lui ont donné l’idée de ces grands terroirs en pleine ville. A Talence, qui est à Bordeaux ce que Chenôve est à Dijon, on trouve rien de moins que les Château Haut-Brion et Pape Clément. En tous cas, notre garçon ne manque pas de génie et on peut lui faire confiance pour nous surprendre.

Déjà en 2002, il s’est mis en tête qu’un rosé pouvait être autre chose qu’un vin d’été, à la mode, qui défraie les revues spécialisées avec un déjà-vu chronique. En revisitant ce qui fut autrefois le Bourgogne Rosé de Marsannay, il a créé un rosé avec l’idée d’en faire un vin de garde à la fois aérien et corsé, friand et avec de la tenue. Pour cela, il a sélectionné les plus beaux raisins rouges de sa vigne du lieu-dit « la Charme aux Prêtres », une légère macération et un élevage long, très long, dans des fûts avec une bonne partie de bois neufs. Il est un peu tôt pour savoir quelles sont les réelles capacités de garde de ce rosé complètement insolite qui peut même faire penser à un grand blanc dans certains millésimes comme 2006. Ce qui est certain, c’est que les petits rendements lui ont donné une matière très concentrée.

Sylvain Pataille ne manque pas d’idées, il a aussi beaucoup de talent et au-delà de Marsannay, on va bientôt savoir grâce à lui que la côte commence à Chenôve et même à Dijon !

Notre dégustation :

L’invitation a été lancée il y a une semaine mais, en ce début d’octobre, on ne sait pas si nous allumerons la cheminée ou si nous pourrons profiter d’un dernier apéritif au jardin.
Aurons-nous envie de chaud ou de froid ?
Allons-nous commencer par un blanc ou un rosé ?
Au fait, c’est peut-être l’occasion d’ouvrir ce rosé étonnant, aux goûts d’automne, à la fois frais et riche, dense et un peu tannique. Nous avions envie de le laisser vieillir un peu. Nous pourrions commencer à le goûter à température de cave en début de repas et nous le laisserons se réchauffer doucement dans le verre.

Domaine Sylvain Pataille
Bourgogne le Chapitre 2011 25,00 €
Marsannay Clos du Roi 2011 24,00 €
Marsannay Ancestrale 2011 45,00 €